Steff Tej en concert

Ragga Protest Songs

Jaquette de l'album Ragga Protest Songs - 1994

Ragga Protest Songs

Année de production : 1994

Nombre de pistes : 18

Liste des titres :


Prélude (1:51)

Rock Rap Reggae
Rebel music of today
It’s rock rap reggae
Feed my soul day by day

Ragga Protest Song (4:21)

Oui c’est le ragga protest song qui te balance de positives ondes
Le ragga protest song il est fait pour toi, pour lui pour tout le monde,
Le ragga protest song qui te balance de positives ondes,
Le ragga protest song on l’écoute un peu partout dans le monde.
Le ragga protest song il nous vient tout droit de Jamaïque,
Influencé au début par les musiciens noirs d’Amérique ;
Du calypso au mento, du ska au reggae électrique,
Maintenant voilà le ragga qui donne de nouvelle répliques.
Refrain : Ragga protest song, this is the ragga protest song
Ragga protest song, this is the ragga protest song
C’est le ragga protest song qui n’aime pas la politique,
Les guerres de religions et tous les conflits ethniques
Qui donnent des situations de plus en plus dramatiques
Où les haines et les craintes appartiennent à des sentiments antiques.

REF : C’est le ragga protest song qui n’aime pas la politique,
Et tous les faux semblants de nombreuses actions diplomatiques,
D’un système manipulant et manipulé par le fric,
Où puissance et pouvoir restent les motivations uniques.
Certains pays s’entre-tuent à coups de chars et d’automatiques,
Vendues par des pays riches qui sont de tous les trafics,
Et qui pour donner la mort trouvent toujours de nouvelles techniques,
Pour développer le marché de l’armement technologique,
Ils vendront bientôt à tous des kits de bombes atomiques,
Et comme aide humanitaire des sacs mortuaires en plastique.
La guerre c’est des gens qui s’entre-tuent qui ne se connaissent pas,
Dirigés par des gens qui se connaissent, mais ne s’entre-tuent pas.

REF-bis : Il y a de gros trafics qui rapportent beaucoup, beaucoup de fric,
Et quelques gros trafiquants qui ramassent beaucoup,
beaucoup d’argent ;
Avec l’argent de l’héro et l’argent de la coco,
C’est la coco-corruption de la classe poli-politique.
Pendant que certains trafiquants, de très haut très haut niveau,
De drogues dures en tout genre, fournissent tous les créneaux.
La police court après les petits dealers de sensi,
Et n’inquiéte jamais trop les gros revendeurs de pedo.
Le dollar est un passeport pour passer les frontières sans efforts x2

REF
Couplet 1

Action (4:32)

On a plus le temps (2:58)

Parfois pressé par le temps
Parfois pressé par les taxes
L’homo sapiens est pressé
Comme le citron dans la tasse
À la radio c’est mauvais
Oppression dans le sommeil
Se lever et se dépêcher
Oppression dès le réveil
Vas-y ne sois pas en retard
Dans la rue c’est la cohue
C’est la grande course aux dollars
J’ai vu ça à perte de vue
Dans le fast-food tu peux rester
Le fast love va arriver
Robin Hood tu peux appeler
Si tu n’as pas la monnaie
Je trouve que par les temps
Que par les temps qui courent
On a plus vraiment le temps
Le temps de faire l’amour
Toujours pressé par le temps
Toujours pressé par les taxes
l’homo sapiens est pressé
Comme le citron dans la tasse
Quand un abus de vitamines
Lui donne un peu la déprime
Il va au supermarché
Chercher de nouvelles idées
Je trouve que par les temps
Que par les temps qui courent
On a plus vraiment le temps
Le temps de faire l’amour
Dans les dédales éclairés des supermarchés
Sûr qu’il va trouver tout ce qu’il peut espérer
De l’amour en boite, des sentiments en plaque
De la joie liquide et du rêve en pack
Dans les dédales éclairés des supermarchés
N’essayez pas de trouver le rayon des réalités
Vous risqueriez dans un asile d’être pour toujours enfermé
Vous risqueriez dans un asile d’être pour toujours enfermé
Je trouve que par les temps
Que par les temps qui courent
On a plus vraiment le temps
Le temps de faire l’amour

TV Box Office (4:04)

This is the TV The TV box office
Avec l’information je trouve qu’il y a déviation,
Une drôle de mutation nous fait poser les mauvaises questions,
Pour le nouveau jeu TV gagner avec l’info.
Le public en délire est prêt chaque soir à miser gros,
Pour quel événement maintenant allez-vous jouer,
À quelle catastrophe en direct allez-vous assister
Un télex nous annonce qu’une guerre a éclatée,
On réclame le super bingo pour cette partie serrée.
This is the TV box office
Call the TV not the police this is the TV…
Le dernier jeu télé bat les records du box office
Directement relié aux voitures de police.
Si un soir le journal est calme rien jamais ne sera factice,
Nous créerons l’événement il y aura 100% de risque
: Combien de victimes pour cet accident attristant,
Pour ce volcan qui s’allume ou ce bateau qui a sombré.
À ma droite on me dit cent, à ma gauche on me dit trois cents ;
Pour le super gagnant super lot une super télé,
Un appel nous fait part qu’une nouvelle émeute a éclatée,
On réclame le super bingo pour cette partie serrée.
This is the TV box office
Call the TV not the police this is the TV……
Le dernier jeu télé bat les records du box office
Si en bas de chez vous il y a un mort ou un cataclysme,
N’appelez pas les pompier n’appelez pas la police,
Téléphonez à la télé en premier vous allez passer
Combien de victimes pour cet accident attristant,
À ma droite on me dit cent, à ma gauche on me dit trois cents;
Je dis qu’avec l’information il y a déviation,
À qui profite cette solution du contrôle par l’aliénation.
À qui profite cette solution,
Du contrôle par l’aliénation.
This is the TV the TV the TV box office . . . . . .
Brother and sister move your ass
and listen
The Jericho’s trumpets

International Reggae Ragga Dub (3:54)

International reggae ragga dub (X4)
Le sound system
Balance la sauce
Les pieds se chaussent
Et se déchaussent
Les hanches balancent
Et se déhanchent
Noires et blanches
Sur la piste de danse
Les odeurs montent des calumets
C’est parti pour la danse de la paix
International Reggae Ragga Dub (X4)
Le MC system balance sa prose
Il est temps pour toi de faire la pause
Même si je sais tout n’est pas rose
Tout arrive à celui qui ose
Si tu as envie de l’inviter
N’attends pas que le show soit terminé
International reggae ragga dub (X4)
Cette nuit ta vie est dans le sound system
Demain t’auras le temps pour tes problèmes
Sur les fauteuils plastiques de l’assedic system
Tu verras dans le fond la vie est un poème
International reggae ragga dub (X4)

Free Style (4:29)

What’s that row what’s that noise
Is it a song with a cause
What’s that row what’s that noise
Do you really know where you goes
Rock rap reggae
It’s a rock rap reggae
Mais quel est ce bruit me dit un mec en costard
Es-tu vraiment sûr d’en tirer des dollars
Catégorie pur et dur ou catégorie tocard
Dis-moi ton concept et j’te dis ce que ça va valoir
Rock Rap Reggae
Rebel music of today
It’s a rock rap reggae
Feed my soul day by day
This is rock rap reggae
Rebel music of today Rock Rap Reggae
Feed my soul day by day
Dabs ce business faut boxer sans trop savoir où taper
Toujours parer les coups sans voir où ils vont tomber
Pas de problème et pas et pas d’obsession
La musique donne à ma vie de good
Vibration
Vibration
J’aime juste vibrer jouer sur le
Free Style
J’aime surtout ce qui me plaît quelque soit
Le style
La musique comme la vie doit être un
Free Style
Free Style for peace

Interlude 1 (1:37)

Rock Rap Reggae
Rebel music of today
It’s rock rap reggae
Feed my soul day by day

Charles Hubert (4:35)

Charles-Hubert était planté là à se demander
Ce qu’il était venu foutre dans cette party
Tous ces jeunes autour de lui étaient bien délurés
Toutes ces filles qui dansaient étaient bien trop sexy
Faut dire que notre ami était un peu coincé
Et qu’au moindre sourire en lui le malaise montait
Faut dire que notre ami était un peu bloqué
Et qu’au moindre regard il se sentait gêné
Pour Charles-Hubert c’était
La première party
Et assis il pensait
La dernière de sa vie
Charles-Hubert ne fumait pas ne buvait pas ne dansait pas
ne rigolait pas
Charles Hubert ne parlait pas ne blaguait pas ne riait pas
ne décoinçait pas
Charles-Hubert était coincé là sur son canapé
Voilà bientôt deux heures qu’il n’avait pas bougé
Dans un geste de courage il finit par se lever
Direction la cuisine pour se restaurer
Si notre ami qui était vous l’avez remarqué
Un peu comme la vertu en lui réincarnée
Il avait pourtant un défaut une ombre à son tableau
Notre homme était de nature un gourmand chevronné
Pour Charles-Hubert c’était
La première Party
Et assis il pensait
La dernière de sa vie
Charles-Hubert ne fumait pas ne buvait pas ne dansait
ne rigolait pas
Charles-Hubert ne parlait pas ne blaguait pas ne riait pas
ne décoinçait pas
Charles- Hubert dans la cuisine trouva un énorme gâteau
Qu’il engloutit d’un trait jusqu’au dernier morceau
Sans même se rendre compte des ingrédients spéciaux
Que contenait la pâte de ce mets encore chaud
Notre ami ne se posait pas trop de questions
Lorsqu’en lui il sentit monter de drôles de vibrations
Devant ses yeux semblaient se définir de nouveaux horizons
Comme l’impression d’entrer dans la quatrième dimension
Pour Charles-Hubert la nuit fut un véritable cauchemar
Aux prises avec des créatures pour le moins bizarres
Il finit par tomber raide sur un canapé
Pour quelques heures de sommeil plutôt agité
Le lendemain à peine fut-il réveillé
Qu’il se jura de ne plus jamais recommencer
Une semaine après il avait presque oublié
lorsqu’il sentit en lui comme une remontée
De nouveaux horizons soudain se dessinaient
Dans la quatrième dimension il était replongé
Pour Charles-Hubert c’était
Une sacrée remontée
Pour Charles-Hubert c’était
Ne jamais oublier
Pour Charles-Hubert c’était
Une sacrée remontée
Pour Charles-Hubert c’était
Ne plus jamais oublier

Babylon It’s Babylon (3:34)

Babylon Babylon it’s Babylon Babylon
Babylon Babylon it’s Babylon babylon
Ne suis pas le chemin du Babylon style
Ne suis pas le chemin ne te mets jamais dans la file
Les voies de Babylon sont à sens unique
Elles sont toutes pavées de mauvais trafics
Cocaïne héroïne narcotique amphétamines
Pistolet automatique élément pour bombe atomique
C’est le temps de l’aliénation de la manipulation
Toujours les mêmes façons d’aveugles ambitions
Pour plus de pouvoir pour plus pour plus de pognon
Corruption pollution demain surpopulation
Un pas de plus dans cette voie ne résoudra sûrement pas
Un pas de plus dans cette voie tous les problèmes ici-bas
Cherche pacifiste révolution pour salutaire évolution
Cherche salutaire révolution pour pacifiste évolution
Babylon Babylon it’s Babylon Babylon
Babylon Babylon it’s Babylon Babylon
Regarde le futur demain est incertain
Une planète béton n’est pas la solution
Des cités à perte de vue où l’on crève de faim
Derrière les panneaux de pub juste la désolation
Ta cervelle aseptisée prête à tout accepter
Plus le droit de penser plus le droit de rêver
Cherche pacifiste révolution pour salutaire évolution
Cherche salutaire révolution pour pacifiste évolution
Babylon Babylon it’s Babylon Babylon
Dis moi quelle est cette société
Où l’on ne parle que de paix
Et où l’on vend plus de canons
Que la Terre ne peut l’supporter
Dis moi quelle est cette société
Où l’on ne parle que de paix
Et où l’on vend plus de canons
Que la Terre ne peut l’supporter
Don’t believe the politicians don’t believe their information
Babylon style is the way of blind ambition
Time of alienation time of manipulation
It’s always the same always the same fashion
I got no solution I got just question
But I believe in soul believe in emancipation
1 2 3 self control of your life
3 4 5 self control on your way
Stay you stay free stay you stay free stay you stay free stay
you stay free

War (3:16)

Interlude 2 (2:14)

Rock Rap Reggae
Rebel music of today
It’s rock rap reggae
Feed my soul day by day

Tour 84 ( 3:42)

Il habitait la tour
La tour quatre-vingt quatre
Tout près de l’autoroute du secteur
Du secteur neuf cent quatre
Il préparait tous les jours
Son bivouac et puis son sac
Il remballait tous les soirs
Son départ et son hamac
Il s’asseyait sur le bord
Sur le bord de l’autoroute
Près du secteur neuf cent quatre
A la bretelle deux mille quatre
En attendant coûte que coûte
Sous la pluie ou par moins quatre
Qu’on l’emmène sur la route
Lui son bivouac et son sac
Il voulait parcourir la savane
Se déplacer de liane en liane
Il voulait
Qu’un chameau qu’un camion l’emmène sur la route
Qu’un bateau qu’un avion l’emmène dans sa soute
Qu’un chameau qu’un camion l’emmène sur la route
Qu’un bateau qu’un avion l’emmène dans sa soute
Tout le secteur neuf cent quatre
À le voir était plié en quatre
Quand de la bretelle deux mille quatre
Il revenait lui et son sac
Mais il avait de l’estomac
Il était sur qu’un de ces quatre
Il prendrait enfin ses cliques et ses claques
Pour enfin quitter ce cloaque
Tous les matins sans répit
Il espérait être pris
Durant ces mois de dépit
Les gens se moquaient de lui
Puis un jour il est parti
Et on ne l’a plus revu
Un jour personne n’a ri
Un jour tout le monde s’est tu
Il voulait parcourir la savane
Se déplacer de liane en liane
Il voulait
Qu’un chameau qu’un camion l’emmène sur la route
Qu’un bateau qu’un avion l’emmène dans sa soute
Qu’un chameau qu’un camion l’emmène sur la route
Qu’un bateau qu’un avion l’emmène dans sa soute
Bien plus tard dans le quartier
Tous l’avaient oublié
Lorsqu’un soir de janvier
Ils crurent tous halluciner
Notre ami était planté
Là dans l’écran de télé
Dans le pays ensoleillé
Dont il avait toujours rêvé
Il voulait parcourir la savane
Se déplacer de liane en liane
Il voulait
Qu’un chameau qu’un camion l’emmène sur la route
Qu’un bateau qu’un avion l’emmène dans sa soute
Qu’un chameau qu’un camion l’emmène sur la route
Qu’un bateau qu’un avion l’emmène dans sa soute

Fight Back (3:28)

T’occupe pas de ce qu’ils disent ou font
Quand ils te donnent un coup de blues
Soigne ta gauche soigne ta droite
Jamais ne tombe
Jamais ne sombre
Fight back
Come back
Prends toi en main
Ne tourne pas le dos
Fais ton chemin
Ne sois pas idiot
Soigne ta gauche soigne ta droite
Jamais ne sombre
Jamais ne tombe
Fight back 000
Come back
I said fight back 000
Come back
T’occupe pas de ce qu’ils disent ou font
En toi tu trouveras toutes les solutions
Laisse pas passer les mauvaises vibrations
Regarde du côté des nouveaux horizons
T’occupe pas de ce qu’ils disent ou font
Les laisser te blesser c’est leur donner raison
Soigne ta garde, à toi de toute façon
D’être prêt pour le show et d’en avoir raison

Ragga Dub (3:30)

Conclude (1:47)

Rock Rap Reggae
Rebel music of today
It’s rock rap reggae
Feed my soul day by day

Bad Time (4:16)

He’s living in a nowhere town
Just waiting for the countdown
Everyday he’s going down
To call at the pub for a quick one for a quick one (quick one)
He knows all the rules of the game
The cops on his back know his name
Don’t waste time sonny
You’re going to do nothing tonight only to die
Are you straight for the last one a quick one
He’s living in a bad time
he’s living in a rag time
It’s always bad time for him
Never for the firm the firm the firm the firm
Don’t worry a guy said on the radio
World war three ruled out your problems
You leave so soon your ghetto
To lose your life in a war games war games
He’s living in a bad time
He’s living in a rag time
He’s on the dole. fuck the firm
Cause they still self their guns
He’s living in an unemployment town
Just waiting for the countdown
Everyday he’s going down
To call at the pub for a quick one (quick one )
He knows all the rules of the game
The cops on his back know his name

Coloradotroy (Colorado Banjo) (0:54)

Retombées Presse


SKANEWS – N°14 – Décembre 1994

Autant le dire tout de suite, ce deuxième album est très bon, les compositions des Éjectés tiennent la route, malgré des chœurs féminins pas géants et un accent anglais parfois limite. Les textes sont toujours aussi bons, la patate est bien présente, les cuivres aussi, même Si le tempo sur l’ensemble du CD s’est ralenti par rapport au premier album. Les deux reprises (War et Fight Back) rendent bien et les deux bonus tracks sont destroy à souhait! Bravo les mecs, vous avez bien négocié votre virage! Un disque à mettre en bonne place dans votre discothèque. J-Pierre

ROCK & FOLK – N°330 – Février 1995

Après trois ans d’absence, les Éjectés sont de retour.
Je les croyais bel et bien disparus après un premier album sympa et des concerts énergiques qui n’avaient malheureusement suscité qu’un intérêt public mitigé. Il n’en était rien, et ces grandes vacances devaient leur être nécessaires pour concocter une nouvelle formule musicale et scénique. Placés sous haute influence jamaïcaine, ils ont délaissé le meltingpot de leurs débuts et seules quelques rares poussées hardcore viennent témoigner de leurs amours de jeunesse. Le recentrage raga leur va fort bien: textes engagés (tradition protest songs oblige) pour célébrer la rébellion des Brothers, rythmiques moelleuses, cuivres et chœurs séduisants, guitares et claviers frétillants. S’il ne dédaigne pas les pauses, leur reggae est en général bien enlevé, avec des éclats bien syncopés (« TV box Office ») et des ouvertures bienvenues (« On n ‘a Plus le Temps », entre ragga et tradition française). En prime, ils se paient le luxe de réussir une adaptation des mythiques Basement 5, « Fight Back » (Dennis Morris leur fera-t-il des photos gratos?).
Conclusion, leur métamorphose est parfaitement accomplie: un espoir du rock français est devenu un espoir du ragga français. Et nul ne perd au change. H.M.

ROCK HARDI BABY – Avril 1995

Riches de leurs nombreux concerts et tournées, les Éjectés ont apporté de nouvelles mixtures à leur chaudron musical. Au « Rockskaroots » s’est ajouté le raggamuffin et quelques épices exotiques sous forme de jolis chœurs féminins. Avec une heure de musique, interludes, dubs, morceaux en bonus… « Ragga Protest Songs », leur second album, peut paraître un peu fouillis et inégal mais au final se révèle un disque riche en bonnes chansons: « Fight Back », »International Reggae Ragga Dub » , « TV Box Office » pour ne citer que mes préférés.

L’AFFICHE – N°19 – Novembre 1994

Les Éjectés sont désormais libérés du carcan réducteur « ska rock fun », dans lequel ils s’étaient enfermés en 90 avec leur premier album (« Glauque City Tej »). La musique et le son respirent enfin, les cuivres sont chauds, la basse vibre, les deux chanteurs/toasters sont soutenus par quatre voix féminines dans le rôle des chœurs sexy. Un vrai orchestre Ragga-Rock!
Une dizaine de morceaux décapants, idéaux pour donner à vos soirées des allures de sound-systems (« International Reggae Ragga Dub », « Ragga Protest Song, « Babylon it’s Babylon ») ou faire danser sans retenue les agités (« TV Box Office », « War », « Bad time »).